Emmet Fox: L'équivalence Mentale

Introduction

Ce qui nous importe le plus au monde, c'est notre recherche de Dieu et la connaissance de Sa nature. Le but de la métaphysique est d'enseigner la pratique de la présence de Dieu.

Nous pratiquons la présence de Dieu en la voyant partout, en toutes choses et en toute personne, malgré les apparences contraires. Lorsque nous considérons le monde avec nos yeux humains, nous voyons l'inharmonie, la peur et toutes sortes de difficultés, mais notre maître Jésus-Christ nous enseigna : « Ne jugez point d'après les apparences, mais par un jugement juste. » Si bien que, lorsque nous voyons les apparences du mal, notre regard le traverse pour aller jusqu'au bien qui se tient au delà. Dès que nous comprenons spirituellement cette vérité, l'apparence change, car notre monde est un monde mental. Or, la plupart des personnes ignorent cela ; elles pensent que le monde est matériel et voilà pourquoi l'humanité a tant de problèmes à résoudre. Après dix-neuf siècles de christianisme conventionnel, le monde se trouve aux prises avec des difficultés énormes. Mais nous, qui connaissons la Vérité, nous ne jugeons pas selon les apparences. Nous savons que nous vivons dans un monde mental et savoir cela c'est posséder la clé de la vie.

Si l'on ne devait enseigner qu'une seule chose aux enfants, c'est bien celle-ci : le monde est un monde mental. Pour ma part, je leur apprendrais surtout cela.

Tout ce qui entre dans votre vie n'est que l'expression matérielle d'une conviction entretenue par votre esprit. La qualité de votre corps, de votre foyer, la nature du travail que vous accomplissez, les gens que vous fréquentez, tout est créé par vos concepts mentaux et y correspond, La Bible enseigne cela du commencement à la fin. Je vous le dis, moi, dans le langage de la métaphysique, la Bible nous le dit en langage religieux, mais c'est la même Vérité.

Il y a environ vingt ans, j'inventais l'expression « équivalence mentale ». Et maintenant, je vous dis que pour quoi que ce soit que vous vouliez — un corps sain, une vocation satisfaite, des amis, des débouchés et par-dessus tout, la connaissance de Dieu — il vous faut fournir une équivalence mentale.

Si vous avez une équivalence mentale, la chose que vous souhaitez est à vous; sans équivalence mentale, vous n'aurez rien.

Parlons maintenant des choses dont vous voudriez débarrasser votre vie (chacun a de ces choses-là), soit des malaises physiques, ou des défauts de caractère. Nous avons tous des habitudes de penser et d'agir, nous avons tous des conditions familiales, personnelles ou extérieures, dont nous souhaiterions nous débarrasser. Si nous en chassons l'équivalence mentale de notre esprit, elles disparaîtront.

Tout ce que vous voyez ou sentez sur le plan matériel, que ce soit votre corps, votre foyer, vos affaires ou votre ville, n'est que la concrétisation d'une de vos équivalences mentales. Tout dans votre ville est la concrétisation des équivalences mentales entretenues par ses habitants.

Tout est dans votre pays la concrétisation des équivalences mentales créées par vos compatriotes, et l'état du monde concrétise l'équivalence mentale des deux mille millions d'individus qui peuplent la terre.

Que dire de la guerre ? Elle n'est autre que l'expression physique d'une équivalence mentale entretenue par la race humaine, laquelle a pris au sérieux le croquemitaine de la peur. Elle a cru que l'on peut s'enrichir en s'emparant de ce qui est à autrui. Elle a cru à la mort, elle a. cru à la pénurie. Elle a cru que l'agression est profitable et que s'approprier les biens d'autrui est une excellente opération.

A un certain degré, nous avons tous admis cela. Le résultat naturel a été la cristallisation extérieure de cette image de la guerre, de la mort, de la souffran- ce, et ainsi de suite. C'est parce que l'humanité a eu l'équivalence mentale de la guerre que la guerre a éclaté.

Aujourd'hui, le monde commence à acquérir l'équivalence mentale de la paix et voilà pourquoi la paix viendra. Un monde nouveau naîtra qui vaudra la peine d'y vivre. Dans le monde nouveau qui vient — et ce sera plus tôt que ne le pensent certaines personnes — il y aura la paix, l'harmonie et la compréhension réciproque entre les hommes et les nations, mais tout ce que vous voyez de l'extérieur est la précipitation sur le plan physique d'une équivalence mentale créée par un ou plusieurs.

Bien entendu, j'ai emprunté à la physique et à la chimie cette expression « équivalence mentale ». Nous parlons, par exemple, de l'équivalence de la chaleur et les ingénieurs sont constamment amenés à calculer les rapports entre l'équivalence des différentes formes de l'énergie. Ils ont à calculer combien d'électricité leur est nécessaire pour accomplir un certain travail mécanique, tel que le fonctionnement d'un compresseur. Ils ont à établir combien il faudra de charbon pour produire tant d'électricité, et ainsi de suite. De même, il y a une équivalence mentale pour chaque objet, pour chaque événement, sur le plan physique.

Le secret d'une vie harmonieuse, c'est de construire l'équivalence mentale de ce que vous voulez, et de chasser, d'effacer l'équivalence mentale de ce que vous ne voulez pas.

Supposons que vous souffriez de rhumatismes. J'ai à Londres, des amis qui en souffrent continuellement ; en fait, on disait autrefois que c'est la maladie nationale de l'Angleterre.

Certains Anglais commencent à souffrir dès octobre, et jusqu'en mars, d'autres ne sont incommodés que jusqu'à Noël, d'autres encore eh ressentent les effets après la Noël et jusqu'en février.

Etant donné deux hommes qui habitent la même ville, accomplissent une besogne identique, mangent la même nourriture, boivent la même eau, pourquoi l'un souffre-t-il de rhumatismes d'octobre en février, alors que l'autre en est exempt ou bien en est victime à un autre moment ? Parce qu'ils ont fourni l'équivalence mentale de ce qu'ils obtiennent. Pourquoi un être querelleur est-il toujours en butte aux perturbations de toutes sortes ? Mal à l'aise a New-York, il va à Chicago. Il se dit qu'il y sera bien, mais il s'y fait sans tarder des ennemis. Alors, il part pour Kansas-City. Il a ouï dire que les gens y sont aimables, mais bientôt, il est encore dans une situation fâcheuse. Pourquoi ? Il a ce que nous appelons un tempérament querelleur. Il a l'équivalence de la dissension.

Voici un autre homme, partout où il va, il y a la paix. S'il rend visite à une famille dans laquelle règne la discorde, pendant son séjour, tout est paisible. Il possède l'équivalence mentale de la paix et de l'amour véritable.

Ainsi donc, la clé de la vie, c'est de construire les équivalences mentales de ce que vous voulez et de chasser les équivalences de ce que vous ne voulez pas. Comment faire ? Vous construisez les équivalences mentales en pensant calmement, constamment et avec persistance aux choses que vous souhaitez, et avec des pensées dotées de deux qualités essentielles : la clarté et l'intérêt.

Si vous voulez construire quoi que ce soit dans votre vie, si vous voulez y établir la santé, l'activité bienfaisante, votre vraie place, l'inspiration, si vous voulez obtenir de vrais amis et, pardessus tout si vous voulez acquérir la connaissance de Dieu — formez-en l'équivalence mentale en y pensant beaucoup avec clarté et intérêt.

Souvenez-vous : clarté et intérêt, ce sont les deux pôles.

arrow-left arrow-right